Maurice FEDER

1912-2000

   Prêtre du diocèse de Nancy, Maurice FEDER fut l’un des pionniers de l’enseignement personnalisé et communautaire dans l’enseignement secondaire et l’un des disciples les plus fidèles de Pierre FAURE…

  Officier de réserve chez les chasseurs à pied, il se comporta courageusement pendant la guerre de 39-40 puis dans la Résistance avant de devenir aumônier militaire en Indochine... Après Dien-Bien-Phu, il revint en Fance pour se consacrer exclusivement aux jeunes et à l’éducation. Il fut d’abord Professeur de Lettres classiques. Sa formation universitaire avait fait de lui un humaniste passionné de la langue et de la culture grecques… Pendant onze années, il fut Directeur d’une des écoles les plus importantes de Nancy, Saint Sigisbert, où il commença à développer les méthodes actives préconisées par Pierre FAURE. A cette époque, il occupa également des fonctions nationales dans l’Enseignement Catholique en devenant Secrétaire général des Chefs d’Etablissement d'Enseignement Libre.

 

  En 1967, Maurice FEDER fut nommé Directeur d’une des écoles les plus pauvres de son diocèse à Longwy. Loin de se résigner, il fit de cette école un haut lieu de la pédagogie. On venait du monde entier voir fonctionner ce « collège sans classe » où était mis en œuvre, de manière très concrète l’enseignement personnalisé et communautaire : suppression des classes et des cours magistraux au profit d’ateliers et de salles de travail personnalisé, liberté de déplacement, liberté de choisir ses matières et la durée de son travail, travaux personnels ou par petits groupes à partir de programmations et de plans de travail… Maurice FEDDER avait aussi ajouté sa touche personnelle, largement inspirée de la culture grecque, en organisant une « Assemblée «  quotidienne » réunissant l’ensemble des élèves et des professeurs… Personne, jusque là, n’avait poussé aussi loin les idées de Pierre FAURE dans le secondaire.

  De 1974 à 1984, il se retira à Angers et devint conseiller pédagogique de l’AIRAP, organisant en France et à l’étranger  des sessions de formation d’enseignants...  Jusqu’aux derniers jours de sa vie, il s’est tenu au courant de l’évolution des recherches pédagogiques, apportant lui-même une autre vision de l’enseignement après l’implosion du système scolaire qu’il pensait inéluctable.

Extraits de la notice de Jean Marie DIEM in « Dictionnaire historique de l’Education chrétienne d’expression française ». p 273-274