L'INTERIORISATION

 

LA LECON DE SILENCE

« Le silence intérieur est le lieu de la rencontre de l’âme avec Dieu »

« Le silence est une conquête sur soi et un triomphe sur le monde »         

                                    Hélène Lubienska de Lenval

Concrètement la leçon de silence suit une progression d'exercices physiques qui durant une quinzaine de minutes amènent  les élèves par la maîtrise du geste et du mouvement  à l'immobilité et au silence.

 

L'appel vient personnaliser la démarche intérieure et  mettre en "disponibilité "    pour reprendre  une  activité motivante. C'est la mise en disposition pour un exercice scolaire qui demande de l'attention : leçon difficile, explication d'une notion,  présentation d'un outil didactique.

C'est aussi le moment de l'écoute d'un beau texte, d'une musique.... C'est peut-être le temps de la prière ou pour le moins du recueillement.

Photo : A.Faury

                                         Silence absolu et absolue immobilité.

La première étape de la leçon de silence est la marche sur la ligne.

 Elle commence par un rassemblement des enfants sur la ligne dite « ligne Montessori » tracée au sol. Des exercices physiques sont proposés sur, à l’intérieur, à l’extérieur de cette ligne. Ils sont tous orientés vers la connaissance du corps, la maîtrise des gestes, l’entraînement à l’attention. Mais l’exercice difficile reste la marche sur cette ligne : un pied touchant l’autre ; marche arrière ; marche avec un objet sur la tête (un sac de sable…) marche sur la pointe des pieds…selon des rythmes précis lents, accélérés… La mise au calme est très progressive.

 Puis arrive le moment de l’immobilité. Assis ou debout l’enfant (et le groupe) est disponible, calme, et reposé. Il peut alors écouter les bruits extérieurs qu’il entend encore et en faisant silence écouter les bruits plus précis que sont la respiration, le mouvement d’un corps, une chose qui passe.

 Rendu attentif, Il peut rester en silence une, puis deux minutes complètement concentré. Trois minutes est un record.

Mais si à l’immobilité et au silence, nous ajoutons l’appel, cher à Maria Montessori, alors l’enfant prend conscience de sa disponibilité intérieure (appel à voix basse qui fait se déplacer, tout doucement sans qu’on l’entende, l’enfant qui rejoint sa place ou rejoint un groupe).                         

  « Il répond à son nom du plus conscient de lui-même, non pour se précipiter sur des choses à prendre, des actes à faire, mais pour être tout à tous » P. Faure

                                                                                                      Monique Le Gall