FONDEMENTS CHRETIENS DE L'ENSEIGNEMENT PERSONNALISE

 Il existe aujourd’hui une réelle attente de pédagogies alternatives à l’enseignement dit traditionnel. Ce que l’on ignore souvent c’est que toutes les méthodes d’enseignement, aussi astucieuses et attirantes qu’elles soient, n’ont pas les mêmes fondements. Elles relèvent de pédagogies aux sources métaphysiques et spirituelles parfois diamétralement opposées.

​Ce qui est sûr, c’est que la Pédagogie Personnalisée, telle que l’a proposée Pierre Faure, est résolument chrétienne. En tant que religieux, Pierre Faure puisait naturellement ses convictions dans la tradition jésuite. Il s’est aussi beaucoup inspiré de Saint Jean Baptiste de la Salle et de Don Bosco ainsi que de philosophes chrétiens tels que Jacques Maritain, Emmanuel Mounier ou Gabriel Marcel. Il était également très attentif aux enseignements de l’Eglise notamment aux encycliques des papes de son temps.

Sur le plan des méthodes d’enseignement, Pierre Faure a beaucoup emprunté à Maria Montessori. On ignore souvent qu’il a écrit la préface d’un livre peu connu de la doctoresse intitulé « L’éducation religieuse, la vie en Jésus Christ ». Il a surtout rencontré et travaillé avec l’une des principales disciples de Montessori : Hélène Lubienska de Lenval. Celle-ci était une grande chrétienne qui a donné une réelle et profonde dimension spirituelle à la pédagogie.

Pour Pierre Faure et Hélène Lubienska de Lenval, l’Ecole ne doit pas se limiter à faire acquérir des connaissances ou à donner des bases culturelles. Elle doit aussi contribuer à la construction de la personnalité. Cela suppose la mise en œuvre d’une conception de l’homme et de son devenir, en quelque sorte d’une anthropologie qui est légitimée, comme l’écrit Pierre Faure, par une théologie, c’est-à-dire par une prise de conscience de nos aspirations les plus tenaces, les plus profondes vers notre devenir intégral et pas seulement terrestre.

Cela devrait orienter très directement la mission et les pratiques des éducateurs de l’enseignement catholique. Leur mission a un sens. Ils peuvent puiser leurs ressources dans une orientation spiritualiste et chrétienne.

Ils doivent prendre conscience qu’au cœur de la pédagogie personnalisée, on y trouve:

• L’appel au dynamisme de la personne,

• La construction de la personnalité,

• L’intériorisation, • Des libertés et des exigences,

• La prise en compte des potentiels et des rythmes de chacun,

• La créativité et la rigueur,

• L’éveil du sens communautaire.

Pour conclure, on peut inviter les enseignants à lire ou à relire cet extrait du premier livre de Pierre Faure, publié en 1945, « Sur le terrain proprement éducatif, la pédagogie de l’Eglise à la fois individuelle et communautaire, réalise une synthèse personnaliste unique où l’insertion dans un groupe, en appelant le don aux autres, provoque l’épanouissement de soi. Sans gêner, ni doubler les puissances temporelles et en respectant la liberté de ceux qui ne lui appartiennent pas, elle apporte au monde le plus puissant de tout progrès : l’amour, qui seul subjugue ceux q’il conquiert sans leur faire violence et ne leur laisse plus de repos ».

Jean Marie Diem